Des nouvelles : opération j+4

Comme prévu, je me suis faite opérer lundi de ma masse à l’utérus qui n’a toujours pas de nom.

Je suis rentrée dimanche soir à l’hôpital, pendant que Paris tout entier (ou presque) criait de joie (coupe du monde oblige), je tremblais de peur. L’écart incommensurable entre le bonheur ambiant de ce dimanche soir et le cafard que je ressentais intérieurement était très troublant.

Je suis descendu à 9h au bloc lundi après avoir pris une douche désinfectante et avoir revêtu ma tenu de déesse. Je n’avais presque pas dormi de la nuit, un peu à cause des sifflets et klaxon mais surtout du stress. Quand j’ai expliqué à l’anesthésiste ce qui motivait cette opération, elle a sorti l’irm de mon dossier et m’a dit qu’en 35 ans d’expérience en salle d’opération, elle n’avait jamais vu ça. Comme aucun des autres médecins consultés.

J’ai ouvert un oeil vers 16h30 en salle de réveil. Littéralement puisque mon oeil droit me faisait tellement mal qu’il restait fermé. J’ai reussi a le dire à l’infirmière qui m’a mis du sérum physiologique pendant que je somnolais. Puis, le pr L. est venu me faire un rapide bilan : ils avaient bien bossé, finalement ils avaient pu rester en coelioscopie avec une mini laparotomie ce qui était assez inattendu.

Le reste de la soirée est tout embrouillé, je me souviens surtout que j’ai lutté pour donner des nouvelles à mes proches (3 minutes au téléphone m’ont coûté de gros efforts) et que je ne pouvais toujours pas ouvrir mon oeil droit. L’infirmière m’a expliqué que les yeux des patients étaient scotchés pendant les interventions (! Je l’ignorais complètement ! ) et qu’elle pense que cet oeil devait être un tout petit peu ouvert et donc complètement desséché. Cette histoire d’oeil est complètement accessoire mais c’est ce qui m’a fait le plus mal pendant les premières heures.

Le lendemain matin, j’étais un peu plus fraîche et je me suis aperçue que j’avais une sonde urinaire et des lunettes d’oxygène. Je n’avais rien mangé depuis le dimanche soir mais je n’ai eu le droit qu’à des choses liquides au petit déjeuner (thé et compote de pommes)

Le pr bis, urologue, est passé me voir, heureux de m’annoncer qu’ils avaient sauvé ma vessie.

J’ai eu un prélèvement de sang pour tester le taux d’hémoglobine, il avait un peu chuté mais ne justifiait pas une transfusion.

Le pr L est venu peu après et m’a annoncé qu’il était très content de l’opération – qui les a occupé 3 heures, que le plus important était de sauver la vessie. Pour l’utérus, il ne se prononce pas, la cicatrice est importante et il faut un délai de 3 mois pour en savoir davantage. Je dois repasser une hystéroscopie en octobre qui permettra de connaître l’état de la cicatrice. Il m’a demandé si je voulais sortir rapidement et ma proposé de sortir l’après midi même. J’étais tellement heureuse de rentrer que je n’ai pas réfléchi une seconde avant d’accepter.

Depuis, tout va plutôt bien. Mon ventre est gonflé mais les suites ne sont franchement pas douloureuses. J’ai un traitement contre les flébites pendant 15 jours (bas de contention + piqûres de lovenox). C’est tout.

Sauf que dans ma tête, c’est un peu complexe. J’ai du mal à identifier ce qui me colle un cafard pareil. Je n’ai envie de rien. Je me sens aussi très fatiguée. Et je pleure sans raison. Bien sûr, je pense que toucher à l’utérus est symboliquement difficile et puis le résultat définitif est encore suspendu et ça ne m’aide pas. Mais le retour à la maison, je le voyais tellement comme une délivrance, je ne comprends pas bien pourquoi je ne le vis absolument pas comme ça. Je pense aussi que la sortie très précoce y est pour quelque chose : je n’avais pas encore posé le pied par terre, j’avais une sonde urinaire et de l’oxygène par le nez mais on me parlait déjà de partir. Bien sûr, j’étais très heureuse de quitter si vite l’hôpital. Mais à bien y réfléchir, il a fallu enlever la sonde urinaire , la perfusion, l’oxygène, les pansements sur les cicatrices, m’aider à faire le premier lever. Au passage, je me suis évanouie en sortant de la douche, une infirmière est venue m’aider. J’ai ensuite avalé un repas (le premier vrai) le midi et je suis partie.

Arrivée a la maison, j’ai réalisé que je n’avais pas de consignes sur les soins des cicatrices, sur ce que je pouvais faire ou non, je ne savais pas si j’avais le droit de prendre des bains. Aucune consigne post opération…

Je n’en veux pas une seconde au pr L que je trouve très humain et que j’aime beaucoup. Je sais qu’il m’a fait sortir vite pour me faire plaisir. J’en suis persuadée. Il m’a vu avec mon tire lait, mon bébé loin de moi qui ne pouvait pas accéder à ma chambre (service interdit aux moins de 15 ans) et il a proposé cette solution qui était idéale sur le papier.

Si je le vis mal, c’est aussi que je suis ressortie comme si rien n’était, à devoir reprendre très vite le cours des choses. Et que dans ma tête ce n’est pas si simple : cette histoire m’a occupée pendant 8 mois, presque le temps d’une grossesse. Je ressorts de l’hôpital sans bébé et sans aucune certitude sur la santé de mon utérus. Mais avec une dépression du « post partum ».

Je me rends compte du ton geignard de cette article et je m’en excuse. J’ai eu une opération plus simple que prévue, des suites très faciles, de quoi pourrais-je me plaindre ? Mais mon moral est tellement bas depuis, je ne sais l’expliquer…

Publicités

60 réflexions sur “Des nouvelles : opération j+4

  1. Toujours ce fichu cafard… Il faut laisser du temps, comme tu dis cette histoire t’a pris 8 mois et même si l’opération s’est bien déroulée, ça reste une opération hors du commun!
    Je suis toujours là, (le jour, la nuit, le double miracle n’était qu’éphémère!) tu sais où me trouver.

    Aimé par 1 personne

  2. Je pense que la fin de ton article répond en partie à ta question. Tu attendais quelque part cette opération comme une délivrance alors qu’en fait c’est surtout un étape importante de franchie mais reste encore des interrogations. Et puis si tu m’autorise le parallèle c’est un peu comme un positif en PMA, t’attends la suite pour te réjouir…. Et c’est bien long à encaisser tout ça…. Surtout livrée à toi même avec aucun spécialiste qui puisse vraiment savoir ou tu vas. Pas étonnant que t’aies un contre coup non ???

    Aimé par 4 personnes

  3. C’est une opération lourde que tu as subi, avec encore beaucoup d’interrogations, il y a de quoi avoir le cafard même si tout s’est passé du mieux possible. Je me rappelle, après la coelio, j’avais le moral à zéro une fois rentrée et c’était moins lourd que ce que tu as eu. C’est un mélange de plein de choses, la fatigue, le stress, les suites de l’anesthésie, l’inconnu pour la suite… Prends ton temps, prends soin de toi, ne te mets pas la pression pour aller mieux ça viendra petit à petit 😘💜 tu as un arrêt de travail de combien de temps ?

    Aimé par 1 personne

    • Merci beaucoup Kalyz pour tes mots ! 💕
      Je suis désolée, je ne me souviens plus pour ta coelioscopie, c’était par rapport à quoi ? L’utérus ? Ça avait duré combien de temps ton coup de mou ?
      Je suis en vacances donc pas d’arrêt de travail. Juste des vacances gâchées (je n’ai vraiment envie de rien… Même partir un peu ne me fait absolument pas envie)

      J'aime

      • Oh je n’avais pas vu ton message! J’avais eu une coelio en mars 2017 pour enlever une bosse au fond de l’utérus, et réparer les trompes (un peu bouchées, pas mobiles). Un gros ménage quoi. Je l’ai faite dans la foulée de la FIV4 sans transfert, en mode « on finit ça et ciao la PMA », j’étais vraiment abattue et la perspective d’une FIV DO me semblait bien lointaine (et je ne parle pas de celle d’un miracle, n’y croyant pas du tout). J’ai été arrêté une semaine, j’étais déprimée, j’en voulais à la terre entière et surtout à mon homme qui vivait sa vie comme si de rien n’était (c’était mon ressenti du moment), et à la famille qui croyait que cette opération allait tout arranger alors que pour moi c’était la fin du parcours. Bref c’était pas joyeux. Je ne pourrais pas te dire combien de temps ça a duré, après la vie a repris son cours, et on a repris les entretiens pour l’agrément ce qui m’a permis de me projeter sur autre chose aussi. Je pense que ce sont des opérations qui jouent beaucoup sur le moral, l’utérus c’est le centre de notre féminité dans le corps et l’impact psy n’est pas à négliger (bien que les médecins ne s’y attardent pas vraiment). J’espère que tu vas te remettre et que les news pour la suite seront bonnes, je pense fort à toi ❤

        J'aime

      • J’ai mis un temps fou à te répondre, Désolée. ..
        Tu as raison pour l’utérus, je crois aussi que c’est ça qui fait que cette opération est difficile à surmonter.
        Dans ton cas, c’était encore plus douloureux vu les échecs accumulés… j’imagine combien cette période à été difficile ! 😦
        Des bisous à toi et à ton loutron ! 😘😘

        J'aime

      • Heho pas de ça entre nous hein, on répond (ou pas) comme on veut 😝😉
        Ce sont deux opérations dans des contextes très différents, pour moi c’était la fin de la PMA, et aujourd’hui je vois la cicatrice du nombril qui ressort, poussée par le Loutron 😅
        Je pense fort à toi 😘

        J'aime

  4. Tu as subis une opération lourde et surtout un stress immense. L’humain est tel que souvent nous avons la capacité d’encaisser des choses incroyables lorsque ce n’est pas le moment de flancher mais le contre coup peut être dur lorsque la mise en danger s’éloigne. Soit bienveillante avec toi même, autorise toi à être déprimée, à pleurer à rester au lit. Tu as vécu une épreuve pendant 8 mois tu es épuisée physiquement et moralement et en plus on te laisse dans un doute qui maintient ce stress encore un peu. C’est totalement normal que tu craques maintenant ! Prend soin de toi 😘

    Aimé par 1 personne

    • Merci beaucoup pour tes mots qui m’aident un peu à y voir plus clair.
      Je n’ai pas trop le droit de flancher, ma fille demande de l’attention, elle ne comprend pas ce qui m’arrive, la pauvre.
      On a des travaux à faire dans ma maison, mon chéri est pressé de les recommencer et il me laisse avec la puce pour avancer. C’est juste que c’est un peu dur là, j’aurai aimé pouvoir le reposer un peu, penser aussi je crois à tout ça. Ça s’enchaîne un peu trop vite.
      Ma réponse est déjà bien longue, merci pour ton soutien 😘😘

      J'aime

      • Merci beaucoup pour ces réponses ! 😘
        Ils m’ont tellement virés vite de l’hôpital que je ne sais rien sur mes fils et que j’espère qu’ils sont resorbables parce que je n’ai pas d’ordonnance pour le retrait ! 😑
        Des bisous 😘

        J'aime

  5. Alors déjà tu n’as pas à t’excuser ça n’est pas rien ce que tu viens de vivre et je trouve que tu exprimes très bien les paradoxes qui font qu’aujourd’hui tu n’as pas le moral… c’est tellement normal! Tu n’as pas à t’en vouloir, à culpabiliser ou a trop réfléchir. Ça va passer, chaque chose en son temps… il y a les cicatrices que l’on ne voit pas et le pansement a été arraché trop brutalement. Sans compter celles du passé qui malgré toi te hantent toujours. Tu vis une année TRÈS compliquée à tant de niveaux! Tu as le droit d’être fatiguée et triste.
    Essaie de voir si la maternité accepterait que tu rencontres leur psy, c’est gratuit et ça peut aider, vraiment. Si tu en as le courage bien sûr…
    Plein de courage ma belle, accroche toi… 😘 et laisse toi le temps.

    J'aime

    • Merci Carotte de prendre le temps de me réconforter alors que tu es toi même dans de grandes tourmentes. Ça me touche beaucoup ! 💕
      Tu as complètement raison pour l’image du pansement arraché trop brutalement, c’est tout à fait ça !
      Je crois que j’aurai besoin du psy de la mater en effet mais c’est à 1h30 de voiture de chez moi… autant te dire que ça va pas être facile pour un suivi…
      Je pense fort à toi, à vous et je t’envoie des tonnes de bisous 😘😘

      J'aime

  6. Le fait que c’était la depuis 8 mois, y est peut être pour quelque chose. Tu avais un problème, mais tu pouvais « agir ». Rdv, examens, etc… Et là d’un coup c’est fait. Et tu n’as plus qu’à attendre. Tu n’as plus à mouliner dessus, donc je trouve ça normal cette déprime. Tu peux angoisser pour la suite, et tu n’as plus rien à faire.
    Bref, tout plein de courage pour la suite! (Et vive les bleus des piqûres anti phlébite !)

    J'aime

    • Merci beaucoup pour ton commentaire plein de bon sens. 💕
      Tu avais eu un moral bas après ton opération ?
      Gros gros bisous ! 😘
      Ps : cuisses blanches à poids bleus, c’est très tendance sur les plages cet été !

      J'aime

      • Oui j’avais eu quelques jours pas top, mais c’est vite passé car mon conjoint avait pu rester avec moi pendant les 3 mois d’arrêt. Et aussi que pendant 4 mois après l’opération j’avais presque un rdv médical par semaine, ça occupe. Et puis entre la suspicion et mon opération, il n’y a eu que 4 mois !
        La chance que des petits points bleus!!!! J’ai eu des bleus de 5cm de diamètre !
        Bon courage pour le suite! Bises 😘😘😘

        J'aime

      • C’est bien d’avoir eu ton chéri à tes côtés pendant cette période. Ton opération à été très lourde, je te trouve très courageuse d’avoir ainsi affronté les choses.
        Plein de bisous
        Ps : ça y est, les gros bleus arrivent pour moi aussi 😂

        Aimé par 1 personne

  7. Oh mais tu as pas à t’excuser de quoi que ce soit! Une page se tourne sur un chapitre qui a duré plusieurs mois sans pour autant avoir toutes les réponses alors mince! Prends soin de toi, et j’espère que les prochains résultats seront aussi positifs que les premiers. Je t’embrasse fort😙

    J'aime

  8. Oh ma louloute mais c’est normal d’être HS avec le moral dans les chaussettes. Tu viens de vivre une opération de plusieurs heures, après des mois de stress , t’es pas wonderwoman non plus ! Tu vis juste le contrecoup de tout ça : physiquement ton corps a souffert car il a été manipulé et que tu sors d’une longue anesthésie (moi j’étais dans un état lamentable pendant les 10 jours qui ont suivi ma coelio il y a qq années, et c’était une opération moins importante que toi, mais je tenais pas debout et je chialais tous les jours). Et puis la tension redescend aussi, tu as quand même encaissé des choses très lourdes ces derniers temps. Je comprends que tu aies eu envie de rentrer chez toi mais tout est allé tellement vite, tu n’as pas eu le temps de récupérer. Est-ce qu’il ne serait pas envisageable qu’un proche vienne passer qq jours chez toi pour te chouchouter un peu (genre ta maman, ou autre) ? Accorde toi le droit de prendre soin de toi, et de récupérer vraiment, et ca va prendre plusieurs jours. Et puis tu as le droit de râler tout ce que tu veux ici, un blog sert à ça, et en plus c’est bien légitime de se plaindre vu ce que tu traverses. Allez, accroche-toi, je t’envoie beaucoup de courage, et je t’embrasse fort.

    J'aime

    • Merci beaucoup Cali pour ton commentaire si empathique ! 💕
      C’était pour quoi ta coelioscopie ? Je suis dans un état similaire au tien après visiblement…
      Franchement, avec le recul, j’aurai préféré qu’ils me gardent encore une ou deux nuits. Histoire de sortir un peu plus en forme. Mais c’est trop tard.
      Mes parents sont loin et ils s’occupent de ma grande soeur en ce moment (son mari à un cancer…) donc je vais devoir récupérer comme je peux en continuant les choses du quotidien.
      De gros bisous 😚😚

      Aimé par 1 personne

      • De mon côté c’était pour opérer un kyste à l’ovaire, et j’ai mis bien plus de temps à récupérer qu’après une ponction, rapport au fait que l’anesthésie est plus profonde. Personne ne m’avait prévenue que je pouvais être dans cet état-là et cette grande fatigue m’avait fait peur. Je comprends pour tes parents, ta famille traverse beaucoup d’épreuves en ce moment. Mais pense à toi aussi, et appuie-toi sur ton mari pour le quotidien. Courage, ça ira mieux de jour en jour, mais il faut du temps… Je t’embrasse

        J'aime

  9. C’est très loin d’être anodin tout ce qui t’est arrivé depuis ces derniers mois. Tu étais tendue vers l’objectif de l’opération sans pouvoir te projeter sur l’après et maintenant tu décompenses , c’est normal il me semble. Prends bien soin de toi, petit à petit les choses rentreront dans l’ordre, et je comprends que le chemin te paraisse long. 😘

    J'aime

  10. J’espère que tu vas vite reprendre des forces, physiquement et mentalement.
    Le ton n’est pas geignard non, je retiens le + du sauvetage de la vessie et j’espère que tu auras une bonne surprise dans 3 mois 😘

    J'aime

  11. C’est la pression qui retombe les réponses encore imprécise et l’avenir de ton utérus incertain qui tkt . Je suis la par mail si tu veux encore parler tu n’as surtout pas à t excuser ma belle. Des gros bisous

    J'aime

  12. Ma belle, c est tout à fait normal d’avoir un gros contre coup avec la pression qui retombe et puis le stress de ne pas savoir encore ce qu’il en est pour ton utérus … n’importe qui a ta place serait dans le même état c’est évident !
    Nerveusement c’est une très grosse épreuve que tu viens de vivre, il faut prendre le temps de se remettre et faire des choses qui te font du bien (même si pour l’instant j’imagine que tu n’as envie de rien…); essaie de voir avec ton homme pour partir tous les 3 quelques jours au moins d’août pour changer d’air …
    je t’embrasse très fort et n’hésite pas si t’as besoin de parler …❤️❤️

    J'aime

  13. Ton post n’est absolument pas geignard, et ton ressenti post opératoire semble si normal. Ce que tu vis est vraiment difficile et douloureux, tu dois vivre pleinement cette opération et ses suites pour réussir à tourner ensuite la page. En revanche, un suivi psy pourrait être intéressant pour surmonter tous ces sentiments. Je croise fort pour que cette opération réussie puisse être source de belles nouvelles à venir. Je pense bien fort à toi et t’envoie tout mon soutien

    J'aime

    • Merci Nanou pour ces mots plein d’empathie. 💕
      Je suis entièrement d’accord avec toi concernant le suivi psy. J’avais prévu de demander à voir le psy de la mater mais je suis sortie avant d’en avoir le temps. Je vais essayer de trouver un moyen de me faire suivre, pas facile ici, c’est un vrai désert médical.
      Gros bisous 😘😘

      J'aime

  14. Comme le disent les filles, c’est tout à fait normal que le contre-coup te tombe dessus et tu n’as pas à t’en excuser. Je ne sais plus, vous partez en vacances bientôt ? Les 3 mois qui viennent vont être longs et courts à la fois et seront peut-être clôturés par une agréable surprise, espérons le ! D’ici là, repose-toi au maximum, ton moral va vite revenir ! Je t’embrasse fort.

    J'aime

    • Merci Fortuna ! 💕
      On n’avait rien prévu pour ces vacances, on nous avait annoncé des suites opératoires bien plus lourdes alors on attendait de voir si on pouvait partir.
      Je t’avoue que je suis si déprimée que je n’ai envie de rien, juste pleurer dans mon lit..
      Mais ça va revenir, forcément !
      Des bisous et des pensées pour toi… 😘😘

      Aimé par 1 personne

  15. Les filles ont déjà tout dis et avec beaucoup d’éloquence, bon rétablissement physique et psychique. Je croise qu’en octobre la coelio dévoile une très très belle cicatrice!!! Pleins pleins de bonnes ondes!

    J'aime

  16. C’est normal mon chou. Cette incertitude sur la suite. Cette chose que personne n’a jamais vu. Tu as toutes les raisons d’être down. Surtout ajouter à cela une fatigue en plus… prends le temps. Je t’embrasse fort

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s