Rituel de rentrée 

Il y a longtemps, j’adorais la rentrée. Quand j’étais collégienne puis lycéenne, je la préparais longtemps à l’avance et je savourais le décompte des jours de la fin du mois d’août : le top départ était donné par mon anniversaire, le 26. On faisait souvent les courses de fourniture scolaire dans les jours qui suivaient. Et j’adorais passer du temps dans les rayons à choisir méticuleusement mes cahiers, classeurs et, mes chouchous : les stylos et agendas. Ils devaient représenter ce que je projetais de moi pour l’année a venir.

Puis il y avait le shopping en ville. Je prenais un soin tout particulier à choisir de nouveaux vêtements comme s’ils pouvaient me transformer en une personne meilleure ou plutôt révéler avec intensité celle que j’étais. Quand j’achetais également un nouveau sac, c’était avec une véritable impatience que j’attendais le premier jour de cours.

Et puis, il y a eu les années étudiantes où j’ai travaillé l’été et enchaîner ensuite avec la rentrée était moins agréable. Pas détestable, je retrouvais mes copines mais j’y prenais moins de plaisir et surtout, je n’avais plus assez d’argent pour faire mon petit rituel.

La première rentrée de prof n’a pas été aussi exaltante que je l’imaginais, j’étais surtout stressée et toujours aussi à sec dans mon porte monnaie. Assez vite, des problèmes personnels se sont ajoutés et j’ai vécu les rentrée suivantes comme un retour obligée au travail pour gagner ma vie. Pas un moment horrible mais je n’appréciais vraiment pas la fin août qui était source d’angoisse.

Bien entendu, la pma m’a fait détester la rentrée. Je ne pouvais m’empêcher de penser : « encore une rentrée le ventre vide ». Chaque année je voyais des collègues tomber enceinte, accoucher et revenir de congé maternité et moi, j’en étais toujours au même point. A ce moment là, la rentrée était une véritable souffrance. Mon seule réconfort : la réouverture du centre pma me faisait entrer dans une phase d’attente active (j’étais en manque de piqûres et d’échos – je suis comme Simone, je déteste l’attente passive)

Et il y a maintenant, l’après pma. Je me sens apaisée, en paix avec moi même pour la première fois depuis très longtemps. Alors même si je n’étais pas impatiente de retrouver le chemin du boulot, je n’étais pas angoissée comme avant à ce sujet. Et pour me donner du baume au coeur, j’ai eu l’idée de retrouver mon rituel d’adolescente : j’ai fait du shopping pendant une journée complète ! Ca fait un bien fou ! Je n’ai rien acheté d’extraordinaire : 2 pantalons, un joli haut et des fournitures toutes mignonnes qui donnent envie de travailler.

shopping_image_lg

Maintenant, il faut reprendre le rythme et se remettre dans le bain ! Et pour continuer dans les petits plaisirs de la rentrée qui font du bien, avec ce temps d’automne on se fait des goûters maison (un bon cake, des cookies, une crème au chocolat, mais non, pas tout ça à la fois) avec des boissons chaudes. Un peu de réconfort pour se donner du courage !

Et vous, des rituels de rentrée ?

Changement de sujet, quelques nouvelles de la petite Costaude, vous pouvez passer votre chemin :

____________________________________________________________________________________________

Ma petite Costaude a eu un an le 17 août. Déjà un an… Comment est-ce possible ? Nous avons fêté son anniversaire avec mes parents sur la côte d’azur. Elle a été gâté et surtout entourée d’amour. C’était génial et émouvant.

La nostalgie n’est jamais loin : cette année écoulée auprès d’elle a été la plus jolie année de ma vie. J’ai toujours peur que ce bonheur disparaisse et la voir grandir m’émerveille et m’effraies à la fois.

C’est une petite fille sensible qui est très attachée à nous. Elle refuse systématiquement d’aller dans les bras de personnes qu’elle connait peu (mes parents ont dû attendre 3 jours avant de pouvoir la toucher sans qu’elle pleure ! Bon, après, ils ont vite pu la prendre dans leurs bras, heureusement !) Elle aime beaucoup trouver un objet (qui n’est pas un jeu de préférence, un truc qu’elle n’a jamais vu) et jouer avec pendant un bon moment. Si on la laisse faire, ça peut durer longtemps.

Elle a souvent besoin de nos bras et adore les câlins. Elle se blottie contre nous, passe ses bras autour de notre cou et nous caresse les cheveux.

Je ne parlerai pas sommeil (le point noir du moment) et j’arrête ici ce flot de mièvrerie.

Des pensées à vous toutes et bonne rentrée, quelque soit la vôtre !

Publicités