Ambivalence parentale [MILK]

Après une assez longue absence, j’essaie de me mettre à jour, surtout sur vos blogs. J’ai pris beaucoup de retard lié à la reprise du boulot essentiellement. Et j’ai plusieurs articles aussi que j’aimerai publier parce qu’ils vous parleront peut être ou qu’ils vont aideront quand vous aussi vous serez devenues des MILKS ! Cet article fait le point sur l’éducation bienveillante et la façon dont on ressent les choses, nous. Et du constat dans nos vies qu’en voulant protéger nos bébés de toute forme de frustration,la violence peut se tourner contre nous, parents. Parfois, la bienveillance éducative, c’est de la maltraitance parentale. 

Pendant la longue attente pmesque, nous avons eu le temps de penser à l’éducation de notre (nos ?) enfant(s ?). Nous avions des principes que nous savions vulnérables face à la réalité des choses mais qui nous semblaient tellement aller de soi, être la base de la construction de notre parentalité, que nous ne voyions pas ce qui pourraient les remettre en cause.

Parmi nos idées éducatives, il y avait le très à la mode maternage. Plutôt parentage proximal de notre point de vue d’ailleurs, l’Amoureux ne souhaitant pas rester en marge de l’aventure ! Et donc, au programme : écharpe de portage pour respecter la physiologie de bébé et le porter autant que possible (moins de pleurs, moins de coliques, ça vend du rêve) ; allaitement long (trop de raisons à ce choix pour l’expliquer en quelques mots !) ; éducation respectueuse des besoins du bébé (ne pas laisser pleurer, le bébé qui pleure exprime un besoin jamais autre chose !) et j’en passe.

Et puis, petite costaude est née. Un bébé tout calme, qui ne pleure presque jamais (sauf les quelques semaines de colique où elle pleurait un peu en soirée), qui dort beaucoup. Nous l’avions très souvent endormie contre nous à cette période, nous avions envie (besoin ?) de profiter de ses premiers instants. Mais si on avait besoin de la coucher dans son berceau, elle l’acceptait très bien. Elle avait des besoins simples que nous comprenions facilement (être changée / être câlinée / prendre le sein). L’allaitement, après un début un peu difficile a été (et est encore) un vrai bonheur avec ma petite costaude qui espaçait beaucoup ses tétées (jusqu’à 7h la nuit) et qui prenait beaucoup de plaisir à prendre le sein, autant que moi à lui donner d’ailleurs. Elle aimait beaucoup les balades avec papa (et c’est à mon avis la raison de la période difficile que j’ai vécu lors de l’hospitalisation de l’Amoureux).

Comme vous le voyez, le parentage proximal nous allait vraiment parfaitement, tout le monde avait trouvé sa place et la vie était un long fleuve tranquille. Cuit, cuit les petits oiseaux, tout ça, tout ça.

Et puis, j’ai repris le travail. Environ une semaine avant, petite costaude a commencé à me coller vraiment, ne plus vouloir aller dans les bras de son papa (qui la garde la journée, je le rappelle). Ce n’était pas un problème, période normale pensais-je, ça va passer. Ce n’était pas très pratique car la préparation de mes cours et les tâches ménagères devaient être faits pendant les siestes tant elle refusait de me lâcher. Et à ce moment précis, elle a aussi décider que faire 3 ou 4 siestes d’une demi-heure maximum dans la journée était suffisant. Mon challenge de tout faire pendant son sommeil avait pris d’un coup un niveau de difficulté que je n’avais pas envisagé. Mais j’ai travaillé le soir (elle s’endort souvent à 22h donc j’avais peu de temps), le matin avant son réveil (là par contre, elle se réveille souvent vers 9h30 donc ça laisse du temps), bref, j’ai fait en fonction d’elle.

Je suis retournée au travail pour deux journées avant les vacances (oui, je sais…) en tirant mon lait pendant mes récrés (ou comment dire adieu aux pauses, hein !) et en rentrant à la maison le midi pour l’allaiter. Avec un plaisir tellement fort de la retrouver, ma petite costaude qui poussait un cri de joie en me voyant !

Les vacances ont commencées et j’imaginais que tout redeviendrai un peu comme avant : une petite costaude calme et souriante qui va avec papa ou maman. Une petite costaude zen, comme elle l’est depuis sa naissance. En vrai, ma petite costaude ne m’a pas décollée depuis le début des vacances… (1 semaine et demi). Et hier, j’ai craqué : n’avoir que 3 à 4 fois une demi heure sans elle dans mes bras (ce qui me laisse 2 heures au maximum par jour quoi) , ne pas pouvoir aller faire pipi sans qu’elle chouine parce que je l’ai confiée à son père, qu’elle ne veuille pas que je m’assois plus de 10 minutes quand je l’ai dans les bras (soit 10 h par jour environ moins quelques minutes par ci par là à marcher avec elle dans mes bras…), c’était trop pour moi. J’ai crié quand elle n’a pas voulu dormir alors qu’elle était visiblement épuisée. Je l’ai mise dans son lit alors qu’elle pleurait en me tendant les bras. Je lui ai dit que je n’irai pas la rechercher, qu’elle pouvait bien pleurer. Et j’ai tenu. Longtemps. Ses pleurs ne me touchaient même pas tellement je n’en pouvais plus . Après 10 minutes de pleurs, l’Amoureux (qui allait régulièrement la voir) revient avec elle dans les bras : elle s’était griffée le nez et saignait. Bien sûr, je l’ai prise dans mes bras et soignée. Et consolée, rassurée. Et je me suis posé des tonnes de questions :

d’abord, les « mauvaises », celles qui font culpabiliser par la suite mais qui rôdent pourtant souvent et qu’on entend dans les mêmes bouches bienveillantes que les feux « ne plus y penser » : je la gâte trop, je l’ai trop portée, trop écoutée, pas assez laissée pleurer et elle devient tyrannique. C’est sûrement de ma faute si le petit bébé adorable qui est née est subitement devenue en l’espace d’une poignée de jours ce petit bébé qui fait des caprices, non ?

Et puis, celles culpabilisantes : où sont passées toutes mes idées sur l’éducation ? Pourquoi je ne pouvais subitement plus supporter la proximité permanente de ma fille adorée et tellement attendue ? Allait-elle m’en vouloir de l’avoir ainsi laissée ? M’aimerait-elle moins ? Avais-je brisé le lien si fort qui nous lie depuis sa naissance ? Ou compromis sa future assurance, estime d’elle-même ?

La culpabilité m’est donc tombée dessus et me ronge. De la culpabilité (beaucoup) et de la colère aussi (un peu) contre cette société qui nous vend un modèle d’éducation qui ne peut correspondre à tous et qui culpabilise énormément. Cette parentalité proximale est plus que souhaitable la plupart du temps et même intuitif sur beaucoup de point. C’est naturellement (du genre qui vient des tripes) que j’ai voulu avoir mon tout petit bébé contre moi le plus souvent possible. C’est naturellement que je l’ai portée et cajolée pendant les quelques soirs de pleur. Que je l’ai portée beaucoup. Mais, là, c’est trop. Parce qu’avant, si je voulais faire quelque chose, je passais le relais au papa. Parce qu’avant, si je m’asseyais devant mon ordi, elle ne bronchait pas. Je n’y passait pas une heure mais je pouvais l’avoir sur mes genoux et lire un truc. Plus maintenant. Avant, elle dormait, plus maintenant. Avant, elle nous laissait manger tranquillement, maintenant elle chouine dès qu’on la pose dans son transat (à table et à notre hauteur). Et surtout, quand je la donne à son papa, j’ai toujours le sentiment de devoir me dépêcher de faire ce que j’ai à faire (et on est loin des choses « pour moi », c’est davantage me laver, aller aux toilettes, faire une lessive).

Alors,voilà,j’en suis là. Je prie pour que ma petite costaude redevienne le bébé adorable que j’ai connu, qu’on retrouve la complicité que nous avions il y a 10 jours avec nos jeux et nos moments calmes. Je sais que ça reviendra car nous y travaillons. Mais cette période est dure pour nous trois. Pour petite costaude qui visiblement n’est pas bien, pour nous deux, parents impuissants qui ne savons pas comment aider notre petite à aller mieux.

Car là est bien là question : que faut il faire ? Continuer à câliner, cajoler et porter ? Ou sévir en lui disant qu’on ne peut pas accepter d’obéir à tous ces désirs ? Car là, la bienveillance educative me semble être une maltraitance envers moi et mon Amoureux. Ne pas pouvoir s’asseoir, aller se laver tranquillement ne me paraît pas « normal ». Mais je me dis aussi que c’est très récent ces problèmes et qu’elle a peut être juste besoin de moi pendant quelques temps. Qu’elle va sûrement retrouver son caractère facile dans peu de temps.

En attendant, je craque un peu et souffre de ne pas comprendre mon bébé. Que dois-je faire pour l’aider ? Pour qu’on retrouve notre équilibre ? Nous allons faire au mieux avec nos possibilités, en espérant que ce passage ne soit pas trop long…

 

 

 

 

Publicités

76 réflexions sur “Ambivalence parentale [MILK]

  1. Alors déjà, bon courage, ce n’est pas facile ces périodes sans répit, et c’est normal de perdre patience. Ta fille commence sans doutes la période d’angoisse de séparation. Elle prend conscience d’un coup que toi et elle formaient deux personnes différentes et que tu peux la laisser et c’est une acquisition difficile et angoissante pour elle. Donc non, un bébé de six mois ne fait pas de caprices, jamais. Par contre cela peut durer quelques semaines/mois. Tu peux la rassurer, jouer à coucou beuh, ce genre de choses, être très patiente et bien sûr continuer le portage et le reste, ça la rassurera. Courage, ça passe avec le temps 😘

    Aimé par 4 people

    • Merci beaucoup pour ton commentaire qui me fait du bien. Tu dois avoir raison pour l’angoisse de la séparation, je n’y avais même pas pensé… La tête dans le guidon, quoi !
      Je n’avais pas non plus eu l’idée de jouer à « coucou », je vais commencer aujourd’hui. Tes conseils, retour d’expérience m’aident. Et de lire qu’un bébé ne fait jamais de caprice aussi… Parce que parfois, ça donne cette impression et comme on entend souvent « ne la gâte pas trop, elle va devenir capricieuse ! »… En temps normal, cette remarque me hérisse le poil et je passe à autre chose mais elle insuffle le doute quand ton bébé change brusquement de comportement.
      Je n’ai de toute façon pas arrêté de la câliner (j’ai juste craqué une journée, et je l’ai laissé pleurer pas plus de 10 min… Mais j’ai crié… 😥 )
      Bon, je reprends calmement les choses et ça va déjà mieux aujourd’hui grâce à vos commentaires !
      Quoiqu’il en soit, vivement que ça passe quand même ! 😉
      Des bisous

      J'aime

      • On a toutes crié sur nos bébés, j’ai même râlé sur ma deux mois quand j’en pouvais plus. C’est pas grave ! C’est juste qu’on est humaine 😊
        Si on le faisait quotidiennement sans se poser de questions ce serait autre chose. Bisous !

        Aimé par 1 personne

  2. La bienveillance est bien plus difficile c’est certain ! Et demande une forte patience !!et on n’est pas des machines … mais tellement nécessaire à l’instauration d’une relation de confiance avec ta fille et à son épanouissement et développement cérébrale ! Courage c’est un chemin difficile mais valorisant pour tous .Donc non ,tu es sur la bonne voie dans ce mode d’éducation et c’est normal de craquer parfois quand on est fatiguée , courage courage !!

    Aimé par 4 people

    • Merci beaucoup de me conforter dans cette voie ! 🙂
      Je trouve juste que quand on craque, quand être maternant devient très difficile parce que le bébé a énormément besoin de nous, la pression que l’on se met fait qu’on culpabilise beaucoup trop et qu’on arrive pas à décrocher. C’est ce que je ressens en ce moment, j’ai besoin d’intégrer que si je craque un peu, ce n’est pas un drame et que je ne vais pas détruire tout ce qu’on a construit auparavant. Tu vois, j’ai un peu l’impression que je dois tout supporter sans sourciller et que de me laver rapidement est déjà une épreuve que je fais subir à mon bébé…
      Bref, encore une histoire de cerveau qui surchauffe et que j’essaie de débrancher…
      Des bisous

      J'aime

  3. Comme dit Miss K, elle découvre la séparation, c’est pas facile pour les bébés
    Sans être maternage and co mais sans laisser pleurer pour autant même si je trouve qu’il faut parfois les laisser apprendre à se calmer seuls, jamais plus de 5 minutes, les rassurer et la fameuse technique de détourner l’attention aux moments de séparation et ne pas être dans le champ visuel quand tu as quelque chose à faire
    Bref chaque parent trouve des astuces, mais rappelle toi surtout qu’il y a des étapes à franchir ensemble pour retrouver votre harmonie
    Les bébés évoluent tellement, ce qui marchait hier ne marchera pas demain mais vous saurez trouver une solution
    Fais toi confiance
    😘

    Aimé par 4 people

    • Merci beaucoup la reine pour ton message qui me fait beaucoup de bien.
      Ta méthode pour les moments de séparation m’interpelle : la personne qui garde Statsky détourne son attention au moment où tu pars ? Ca marche bien ? (je suivais le principe inverse : on m’avait dit de ne jamais partir pendant que bébé était occupé, il faillait qu’il voir que je partais pour ne pas qu’il pense que je pouvais disparaître à tout moment.)
      En tout cas, ta façon naturelle, pleine de bon sens, de voir les choses me fait du bien ! 🙂
      Bisous

      J'aime

      • Pour les départs difficiles (c’est par périodes), je commence une activité avec Starsky et la nounou ou le papa et une fois qu’elle accroche et rentre dans le jeu, je lui dis au revoir rapidement et je m’en vais sans faire traîner.
        Sinon je m’isole dans notre chambre porte fermée si j’ai un truc à faire, à cet âge là, ils ne comprennent pas qu’on est à côté derrière la porte, ça permet de bosser / téléphoner / lire / bosser tranquille.
        Je suis sûre que tu trouveras les techniques qui marchent pour vous.

        Aimé par 1 personne

      • On va essayer cette méthode, merci ! 🙂 Et en effet, on trouvera ce qui marche avec petite costaude grâce à vos conseils, on a des choses à tester.
        P.S : tu ne l’entends pas pleurer quand tu es dans votre chambre ? (à chaque fois que je m’isole, elle pleure et du coup, je reviens…)

        J'aime

  4. Les bébés sont des éponges à émotions. Ta fille a dû sentir qu’il se préparait quelque chose avant ta reprise du boulot (angoisse, stress ou exitation). Le problème est que nos bébés ne savent pas comment réagir face à cela. Le seul moyen pour se rassurer est de se reposer ( se scotcher) sur sa figure d’attachement (généralement la maman, puis le papa). C’est dur pour les parents car le papa ne sait pas trop quoi faire dans ce cas et la maman a l’impression d’étouffer face aux sollicitations constantes du bébé.
    J’ai aussi un bébé pot de colle. Il n’y a pas si longtemps, quand je rentrais du travail, ma fille se précipitait dans mes bras et faisait signe « au revoir » à son père, genre « merci pour le service mais on n’a plus besoin de toi ».
    Je n’ai pas de solution miracle hélas. Il faut trouver un juste milieu entre répondre aux angoisses de son bébé sans s’oublier pour autant…Bon courage ! Tu n’es pas seule.

    Aimé par 3 people

    • Merci beaucoup Chourose pour ton commentaire qui me fait du bien !
      Oui, la sensation d’étouffer avec ce petit bébé qu’on aime tant mais qui ne nous laisse pas un instant de répit, c’est exactement ça ! Et la question de savoir si on a le « droit » de s’accorder des pauses… J’ai du mal à décrocher, à débrancher mon cerveau, à me dire « tant pis si elle pleure, je prends ma douche tranquille ».
      Ton bébé qui faisait « au revoir » à son papa quand tu rentrais m’a fait beaucoup rire. C’est si mignon, je trouve car ça traduit tellement ce qu’il vit de façon innocente ! (mignon mais pas quand on le vit, j’imagine bien la tristesse / frustration du papa et la charge immense pour toi !)
      Trouver un juste milieu, tu as raison… Pas facile, ça vient avec le temps, comme tout, j’imagine.
      Comment ça se passe avec ton petit « pot de colle » en ce moment ?
      Des bisous !

      J'aime

      • Elle marche depuis Noël donc ça change un peu les choses. Elle reste très proche de moi mais joue aussi un peu plus toute seule. Elle reste souvent dans la même pièce que moi mais arrive à s’occuper dans son coin, sauf quand elle est fatiguée. Moi j’ai une petite dormeuse depuis le début et ça n’a pas changé. C’est frustrant car chez la nounou, elle dort 1 heure le matin, 2 l’après-midi très facilement alors qu’avaec nous, on est content si elle dort 1 heure pendant la journée. On a appris à faire avec mais la fatigue reste bien présente côté parents.

        J'aime

      • J’imagine bien que vous devez être fatigués.
        Mais je pense vraiment que si elle dort peu quand elle est avec vous, c’est parce qu’elle veut profiter de ces moments où elle vous voit. Dormir c’est perdre de précieux moment avec vous ! 😉
        Plein de bisous et de courage pour la fatigue. .

        J'aime

  5. Comme la miss K je pense à la période de séparation. (Chez nous cette période a duré presque 1 mois quand il avait 8 mois: il ne voulais plus dormir, ni la nuit, ni le jour…)
    Notre grumeau est un joyeux bebe mais avec un besoin constant d’attention. Jusqu’à ses 6 mois à peu près, comme petite costaude, je l’ai énormément porté et il ne supportait pas que je m’arrête de marcher… puis petit à petit il n’a plus voulu du portage pour commencer à vivre sa vie (enfin on ne doit pas être trop loin de lui sinon c’est la crise!) et puis depuis quelques jours il commence à jouer vraiment seul sur de plus longues périodes, venant nous voir seulement de temps en temps.
    Il y a des périodes plus ou moins difficiles mais cela évolue vite et peut changer du jour au lendemain. Chaque bebe est différent et je crois vraiment qu’il fait s’écouter et faire comme on le ressent. Et si on s’énerve un jour bah c’est pas grave, nous ne sommes pas des machines! Courage ma belle!

    Aimé par 2 people

    • Wahou, un mois avec un bébé qui ne veut plus dormir ! Gloups, ça n’a pas dû être facile !
      Petite costaude aime beaucoup les bras depuis toujours mais avant elle ne râlait pas quand on la posait… Alors, oui, je vais me dire qu’elle va de nouveau changer dans pas très longtemps !
      C’est bien que votre grumeau joue de longues périodes seul maintenant, une jolie preuve que vous l’avez accompagné au mieux dans les passages difficiles ! 😉
      Garder à l’esprit qu’on n’est pas des machines me semble important en effet, on a tendance à oublier d’être bienveillant également envers soi-même ! 😉
      Bisous

      J'aime

  6. Coucou ma belle! Comme je les comprends tes questions, je me les pose très souvent!! Peu importe ce que tu décides avec ton enfant, c’est toi qui a raison. Tu es sa mère et toi seule (avec le père quand même) sais ce qui est bon pour elle. Si tu décides de la laisser pleurer, c’est qu’elle en a besoin. Si tu décides de la prendre dans tes bras, c’est qu’elle en a besoin.
    Ta Costaude actuelle ressemble fort à ma Chispa des débuts.. , alors je compatis. Dis toi que ça ne va pas être toujours comme ça, ça va s’arranger, c’est certain!

    Par contre, c’est drôle, mais moi j’ai l’impression inverse vis à vis de la société.. On me reproche régulièrement de ne pas la laisser assez pleurer! Sincèrement, j’aurais sûrement moins de mal à la laisser pleurer si ces pleurs étaient plus faibles.. Mais souvent, notamment si on la laisse seule pour s’endormir, elle hurle. Je suis incapable de la laisser hurler.

    Courage! Bises

    Aimé par 1 personne

    • Ca me fait du bien de savoir que je ne suis pas la seule à me poser ces questions !
      Et ce que tu me dis sur savoir ce qui est bon pour elle est très apaisant aussi pour mes cerveau actuellement tourmenté ! 😉
      En fait, je suis plutôt entourée de personnes qui pratiquent l’éducation bienveillante (et ma famille est loin alors je n’ai pas trop de conseils de ce côté là !) et j’ai l’impression qu’on oublie un peu qu’il faut aussi se laisser respirer… Comme si on devait complètement s’oublier pour s’occuper de son bébé, que seuls ses besoins comptent et que tout craquage est un échec inacceptable. L’éducation bienveillante oublie un peu d’être bienveillante envers les adultes je trouve.
      Mais la pression inverse (de laisser pleurer) doit aussi être très désagréable !
      Faire comme on le sent reste le mieux je pense, pas facile au milieu de tous les conseils, jugements qui nous entoure !

      Comment elle dort Chispa en ce moment ? Elle te colle moins ? Tu vas bien ?

      Plein de bisous

      J'aime

      • Oh non, tu n’es pas seule! Je passe mon temps à m’en poser.. Ma principale question est la suivante : « Est ce que je devrais la laisser pleurer pour qu’elle apprenne à s’apaiser seule?? Est-ce finalement égoïste ou lâche de ma part de ne pas la laisser pleurer?? » Donc tu vois, je ne parlerais même pas de craquage te concernant..
        Chispa est super et nous régale de jour en jour. En fait, depuis qu’elle se déplace seule (en roulés boulés) et qu’elle mange solide, elle est beaucoup plus apaisée et « autonome », c’est un bonheur. Bon par contre, faut suivre et être vigilant!!
        Est-ce que Costaude se déplace ou pas encore? Peut être qu’elle est frustrée de pas encore pouvoir? Je pense que c’était le cas de Chispa parfois..
        Par contre, tu l’auras compris, ici le souci, ce sont les dodos.. Chispa ne s’endort jamais seule. Je voudrais lui apprendre mais je n’y arrive pas. Elle fait quand même souvent une grosse sieste en début d’après midi (faut dire qu’elle se fatigue!) mais les nuits sont encore souvent hachées..Surtout ces jours ci mais elle nous fait sa première fièvre..
        Et vous? Les nuits se passent comment?

        N’écoutons plus les autres!!!
        Bisous

        J'aime

      • Ca me fait du bien d’échanger avec toi ! 😉
        Qu’est ce qu’on peut culpabiliser… A propos de tout… Tes questions sont proches des miennes, alors je comprends parfaitement.
        La plupart du temps faire comme on le sent c’est parfait mais quand le bébé pleure / ne dort pas / nous épuise, c’est là que les doutes viennent. Et c’est bien normal si on y réfléchit… Car bien sûr, on ne veut pas entretenir cette situation.
        C’est déjà une super nouvelle que Chispa soit apaisée depuis qu’elle a gagné en autonomie ! 🙂 Ca doit aussi être apaisant pour vous et vous devez passer de bons moments avec votre petite crapahuteuse ! 🙂
        Costaude se tient assise depuis le début de la semaine mais ne se déplace pas beaucoup, elle rampe un peu mais elle n’arrive jamais en dehors de son tapis d’éveil par ex. En effet, elle est peut être frustrée de ne pas pouvoir aller où elle veut !
        Ca doit en effet être fatigant et déroutant qu’elle ne veuille pas s’endormir seule… Je me souviens qu’on en avait déjà parlé. C’est pareil pour tous les dodos ? Même le soir ? Vous faites quoi pour l’endormir du coup ?
        Ici, les nuits sont bien hachées, en deuxième partie de nuit, c’est même haché menu ! 😀 Elle tête parfois 5 fois la nuit… Gloups ! On peut vraiment dire que le sommeil, c’est bien bien compliqué… (et elle s’endort tard, parfois même vers 23h voire minuit !)
        Elle a de la fièvre ta puce ? Les dents ? Elle est malade ?
        Des bisous à toi et un tout doux à la pauvre Chispa !

        J'aime

      • C’est clair, c’est chouette d’échanger!! 🙂
        Oui c’est génial qu’elle soit apaisée, souriante et rigolote comme tout.
        Oui, pour tous les dodos c’est comme ça. Pour les petites siestes, je la berce dans son hamac et sinon, je la mets dans son lit et m’allonge à côté d’elle. Quand tout va bien, ça prend une dizaine de minutes donc ça va.. mais parfois, c’est plus long. Avec le papa, cette technique ne marche pas, il la berce jusqu’à ce qu’elle s’endorme.

        Ah oui, 23h c’est tard comparé à Chispa. Nous elle tombe de fatigue vers 18h30, on la fait tenir jusqu’à 19h, 19h30 mais rarement plus car sinon c’est compliqué de l’endormir! Il se passe quoi si tu la couches plus tôt? Si ça se trouve, ta puce elle est juste fatiguée et c’est pour ça qu’elle s’énerve. Je pense que ça joue énormément sur leur humeur! Surtout quand les nuits sont hachées.. Elle dort combien au total?

        On pense que ce sont les dents car aucun symptome à part la fièvre.. mais ça va déjà mieux!

        J'aime

      • Je suis encore super en retard dans mes réponses… ( le boulot me bouffe vraiment mon temps)
        C’est toujours pareil les dodos pour Chispa ou ça s’améliore en ce moment ? Je crois vraiment que ça dépend à la fois de l’enfant et du moment et qu’il faut essayer de déculpabiliser… (dit celle qui était rongée par la culpabilité il y a quelques jours… 😁 )
        Les dents sortent alors ?
        Ma puce s’endort tjs relativement tard (mais ça dépend des fois maintenant) en fait, on la met au lit vers 20h30 (premiers signe de fatigue à cette heure là pour elle) mais elle a dû mal à sendormir et se réveille vers 21h15 en pleine forme !!! Et là elle veut jouer… On la met alors avec nous sur le lit (en général, on travaille à nos bureaux à cette heure là donc on est dans la chambre, du coup je vais avec elle sur le lit). On essaie de la rendormir mais elle veut ramper – jouer – teter – rigoler ! 😃
        Bon quand je bosse le lendemain ça ne me fait pas rire du tout mais le week end c’est plus cool. Et elle se réveille vers 9h le lendemain.
        Au final, j’avais compté quelque chose comme 13h de sommeil par jour.

        J'aime

      • Quelle coquine cette Costaude 😀
        En ce moment, Chispa en enrhumée et les nuits sont assez dures.. Je finis souvent par dormir avec elle pour que tout le monde dorme..

        J'aime

      • Les filles, en vous lisant je me disais qu’il est important de garder en tête que la plupart du temps quand quelqu’un de l’entourage donne un avis ou un conseil, cet avis/conseil n’est basé que sur sa propre expérience et donc généralement sur le ou les quelques enfants de la personne – or chaque enfant est différent, et ce qui va marcher pour l’un ne marchera pas nécessairement pour l’autre, alors les conseils des autres ça a vraiment ses limites. Ca peut être intéressant pour envisager des pistes qu’on n’avait pas en tête, ou pour relativiser, mais je pense qu’il ne faut jamais que ça devienne culpabilisant (même si c’est facile à dire…) ou des exemples à suivre absolument. Et pour ce qui est de « l’éducation bienveillante », c’est pareil finalement: c’est un certain cadre, une philosophie de vie, mais pas des préceptes à suivre au pied de la lettre. Le plus important vraiment, même si ce n’est pas toujours évident, c’est de se faire confiance – parce que chaque enfant est unique et ce sont ses parents qui ressentent le mieux ce qui convient à cet enfant-là en particulier (et ça vaut même face au monde médical parfois…), mais effectivement, il ne faut pas non plus que les parents s’oublient au passage, et là c’est loin d’être évident…
        En conclusion, vous êtes au top, forcément, puisque vous faites au mieux pour vos petites merveilles, et parce que vous vous posez plein de questions pour elles. 🙂

        J'aime

      • Tu es la voix de la sagesse !
        Merci beaucoup pour tes mots à la fois réconfortants et de culpabilisants !
        Les commentaires m’ont fait beaucoup de bien et je vais mieux ! ☺
        Ça va toi ?
        Gros bisous

        J'aime

  7. Je pense qu’il y a plusieurs raisons possibles à ce changement, qui peuvent d’ailleurs se cumuler:
    – le fait qu’elle grandit et que pour les petits (et les plus grands d’ailleurs), les nouveaux apprentissages (se retourner par exemple) génèrent parfois un peu d’angoisse et transforment les petits en bébés crampon pendant quelques jours ou une semaine, le temps de s’habituer à ce nouveau changement majeur pour elle (parfois tu ne verras le fameux nouvel apprentissage qu’après coup);
    – un autre aspect est lié aux fameux « pics de croissance » que tu as sans doute déjà expérimenté pendant l’allaitement (vers 3 semaines, 6 semaines, 3 mois, 6 mois), où les besoins en allaitement sont plus importants et du coup le bébé se met à téter beaucoup plus pendant quelques jours pour augmenter ses rations (mais tu ne parles pas de cet aspect-là, donc peut-être que là ce n’est pas lié);
    – le fait que tu as repris le boulot bien sûr, qui doit la perturber dans ses habitudes, d’autant plus que comme le dit chourose, elle ressent tes émotions. J’imagine que tu le fais, mais je pense que ce qui est essentiel, c’est de lui expliquer le plus possible les choses, et de lui dire qu’elle te manque quand tu n’es pas là, mais qu’à la fois tu apprécie de retrouver ton travail, et que tu reviendras toujours, etc.
    En tout cas, c’est loin d’être facile tout ça, mais ne remets pas en cause votre parentage – continuez surtout à faire les choses comme vous le sentez. Il y a des moments épuisants, surtout avec la reprise du boulot pour toi, et tu as le droit de craquer, tout comme tu as le droit de revoir le quotidien et t’autoriser plus de temps pour toi même si ce n’est pas facile à gérer. Dis-toi que pour tout changement il faut passer par une période de transition, ce qui à la fois n’est pas simple, et à la fois signifie que c’est provisoire.
    Courage!!

    Aimé par 1 personne

    • Merci beaucoup Keymet pour ta réponse très complète qui m’aide beaucoup.
      Tu as bien fait de parler des pics de croissance mais comme tu l’avais senti, ce n’est effectivement pas ça (elle en a eu bien sûr mais ça je sais le gérer ! 😉 )
      Par contre, elle sait rester assise sans appui depuis le début de la semaine, c’est peut être ça ? Mais elle a commencé à être pot de colle il y a deux semaines, alors je ne sais pas trop…
      Bien sûr, la reprise du boulot a dû être bien difficile pour elle (et pour moi aussi pour tout dire, j’y suis allée à reculons…) et ce changement doit la perturber… Et ça n’est pas fini, je n’ai travaillé que deux jours pour l’instant (vacances ensuite), rentrée lundi, ça ne va pas être facile…
      Tu as raison, le fait que ce soit une transition, période provisoire m’aide beaucoup !
      On va continuer à l’aider au mieux pour surmonter ce passage difficile ! 🙂
      Merci pour ton aide !
      Bisous

      Aimé par 1 personne

  8. Personnellement j’avais jamais trop lu de choses sur la parentalité bienveillante mais je me retrouve assez bien dans cette façon de faire tout en pensant que de toute façon on est pas malveillant si on fait autrement. Mais je fais surtout à ma sauce : si cadeaute pleure j’y vais et je lui explique beaucoup de choses en essayant de pas m’enerver en cas de crises meme si des fois c’est un echec. J’ai le meme modele que toi : facile qui pleure peu qui dort bien et s’endort toute seule (elle est d’ailleurs allée très vite dans sa chambre). néanmoins j’ai vécu plusieurs phases comme celle que tu vis actuellement parfois en trouvant une cause identifiée parfois sans raison juste comme ça (probablement une étape du développement). Alors c’est dur nerveusement car on est pas habitué à les voir comme ça nos bébés faciles mais ça passe avec le temps. Il faut juste patienter expliquer parfois craquer et laisser pleurer, essayer pleins de choses qui marchent un soir et pas l’autre…
    bon courage

    Aimé par 2 people

    • Merci Margou pour ton commentaire qui m’aide beaucoup.
      J’explique aussi beaucoup de choses à ma petit costaude mais c’est vrai que ce n’est pas toujours facile de rester calme face à des pleurs inhabituels qu’on ne comprend pas.
      La certitude affirmée dans vos commentaires sur le fait que ça va passer est très rassurante (on le sait mais on doute parfois, on peut se demander si c’est un trait de caractère qui se révèle ? )
      Ta façon de voir les choses me semble très saine et apaisante, le terme bienveillant à tendance à facilement être stabilisateur (ceux qui ne rentrent pas dans le moule sont implicitement défini par plutôt malveillant). Pourtant moi aussi je me retrouve dans cette méthode d’éducation, c’est juste la pression (que je me mets aussi toute seule certainement) qui est dure à supporter.
      Alors on va essayer de continuer à faire comme on le sent et à essayer plein de choses !
      Merci beaucoup pour tes idées et ton soutien !
      Bisous

      J'aime

  9. Très intéressant ton article ma choupette. Et les commentaires avec. Je suis tentée et en même temps dubitative sur cette éducation bienveillante dont on entend beaucoup parler. La bienveillance va sans dire. Notre société a grandement évolué de ce côté là. Pour toutes les théories qui vont avec… je crois qu’il y a effectivement beaucoup matière à culpabiliser ou à avoir peur de pas opter pour la bonne façon de faire. J’espère fort que mon instinct me dictera ce qui sera le mieux. C’est à lui que j’ai envie de me fier. Dans ton cas, qui a l’air courant, il y a vraisemblablement une explication psychologique. Un passage obligé en somme. Alors pas de culpabilité… Bon courage et gros bisous 💝

    Aimé par 1 personne

    • Merci beaucoup ma Pénélope pour ton commentaire constructif qui résume parfaitement ce que je pense et ai voulu formuler. Rien que le nom de la méthode me pose problème : les autres façons de faire seraient-elles du coup malveillantes ?
      Oui, la culpabilité, naturellement forte quand on est (ou qu’on devient) parents, est renforcé par ce qu’on entend sur la théorie. Et c’est angoissant dès qu’on fait un faux-pas ou qu’on « craque ».
      Tu as raison, faire avec ton instinct c’est ce qu’il y a de mieux pour tout le monde et souvent, c’est facile, ça vient tout seul. C’est dans les moments difficiles (quand bébé ne dort pas ou peu, pleure beaucoup, etc…) que l’instinct flanche un peu et qu’on intellectualise beaucoup trop… Et là, on se perd.
      Merci pour ton soutien, aujourd’hui ça va déjà mieux parce que je vais mieux grâce à vos commentaires ! ❤
      Plein de bisous

      Aimé par 1 personne

  10. J’avais écris un long commentaire dans le train mais il s’est effacé…. j’allais te dire un peu tout ce qui a déjà été écrit donc pas la peine mais je voulais surtout ajouter: un craquage ne va pas tout remettre en question pour ton éducation. Au contraire ça montre à ton enfant que rien n’est jamais perdu et qu’on peut toujours rectifier et améliorer une situation, qu’on peut apprendre de nos erreurs et même si papa et maman ne sont pas parfaits ils font tout ce qui est en leur pouvoir pour l’être! Maternage ne veut pas dire non plus être au service de ses enfants. Prendre qq temps pour soi pour recharger les batteries est plus que nécessaire pour être disponible pour son enfant le reste du temps. Bisous!

    Aimé par 3 people

    • Merci ma jolie pour ce commentaire qui fait du bien !
      En fait, c’est surtout que je n’arrive pas à débrancher mon cerveau et que je ne m’accorde pas vraiment le temps de charger les batteries qui est difficile. Tu vois, quand je prends une douche par ex, je me dépêche car je l’entends pleurer avec son papa. J’ai l’impression que le temps pour prendre soin de moi (de façon la plus élémentaire et vitale qui soit) est trèèès court et presque volé. C’est épuisant…
      Merci pour ton bon sens, ça m’aide !
      Des bisous

      J'aime

  11. Au top les commentaires!! L’éducation bienveillante pour les enfants ne peut pas fonctionner si nous ne sommes pas bienveillant envers nous même. Chacun à ses limites et il faut les respecter. Si tu es fatiguée, stressée… tu manqueras de patience et y aura des craquages… comme dit Maxélie il faut recharger ses batteries de temps en temps. Je ne crois pas qu’il soit possible de ne jamais craquer. C’est humain. Ma fille a 4 et demi et je crois que plus elle grandit plus je crie…. toute proportion gardée mais quand même, pourtant au quotidien il y a tellement d’autres choses plus faciles qu’avec un bébé. A chaque âge il y a des choses difficiles et d’autres plus facile. Et ça ne s’arrêtera pas 😀 L’éducation bienveillante est là pour nous donner des pistes et comme on dit c’est en visant la lune qu’on atteint les étoiles…
    Vous ne pouvez pas la laisser quelques heures à une baby-sitter par exemple? Ici aussi nous n’avons pas de famille à côté et c’est sûr que ce n’est pas toujours évident. Courage ça va aller mieux.
    Bisous

    Aimé par 1 personne

    • Merci ma belle pour ces paroles réconfortantes. Je crois qu’on oublie vite d’être bienveillant envers soi et c’est sûrement ça qui est difficile.
      On peut essayer de trouver une baby sister bien sûr, c’est même sûrement une excellente idée que de s’accorder des moments à deux. En fait, pour le moment, rien que prendre une douche est difficile alors j’ai du mal à imaginer la laisser… Quand je pars au travail, je reviens dès que j’ai une pause pour l’allaiter, tu vois ! (je suis prof, emploi du temps à trous)
      Merci beaucoup pour tes encouragements !
      Des bisous

      J'aime

      • Et si vous commenciez par un temps court genre 20mn puis un peu plus long à chaque fois avec une baby sitter? Je dis ça comme ça. Je sais que le soir par exemple je ne me sens pas de la faire garder il n’y a que moi qui l’endort pourtant sa grande soeur avait déjà été gardée plein de fois à son âge à l’heure du coucher… Depuis janvier je la mets quelques heures par semaine à la halte garderie pour faire les courses ou passer un peu de temps avec la grande allez chez le toubib… Rien de passionnant mais ça m’aide bcp. Je leur laisse si nécessaire un peu de mon lait. Ça se passe très bien. Pourtant ce n’est pas la crèche rêvée mais les auxiliaires sont sympathiques… bref tout ça pour dire qu’il faut que tu penses aussi à toi 😉. Des bisous et courage

        Aimé par 1 personne

      • Ce que tu écris sur la halte garderie me semble être un bon système ! 🙂 C’est bien que tu ais cette solution !
        Le truc, c’est qu’on vit en pleine campagne, du coup pas facile de trouver une baby sister et pas facile de ne laisser que 20 min (il n’y a rien à faire en 20 min. Sauf une balade autour du village mais quitte à se balader, autant le faire avec elle, elle adore !)
        Mais c’est à creuser cette idée, voire même regarder s’il existe une halte garderie dans la ville la plus proche de nous !
        Merci pour cette idée ! 😉
        Des bisous

        J'aime

  12. C’est fou de voir à quel point la pression de notre entourage peut être forte! Tu as manifestement besoin de lâcher un peu de lest et il ne faut surtout pas que tu culpabilises de t’écarter de l’image idéale que d’autres t’ont imposé.
    Si ça peut te rassurer, pour nous le chemin a été « inverse » car dès le début je ne me suis pas sentie de garder Nessie des heures et des heures dans mes bras. J’avais besoin de dormir (je suis une grosse marmotte) et de prendre par ci par là quelques heures de liberté. Alors c’est le papa qui prenait le relais le soir et berçait Nessie parfois pendant des heures dans son cosy jusqu’à ce qu’elle s’endorme. Quand je vois que Nessie est aujourd’hui peu câline, j’éprouve parfois de la culpabilité à l’idée de lui avoir refusé mes bras mais vraiment je ne m’en sentais pas capable. Chacun a sa personnalité, et ce qui est optimal par quelqu’un peut ne pas l’être pour l’autre.
    S’il est difficile pour vous de trouver une baby-sitter peut-être pourriez-vous à tour de rôle faire des sorties avec vos amis respectifs pour prendre un peu l’air? Et pour la douche, pourquoi pas mettre de la musique un peu fort dans la salle de bain pour te permettre de ne pas stresser en entendant ses pleurs? Ca ne fera pas de toi une mère indigne car ton bébé sera avec son père après tout!
    Mais ne t’inquiète pas, on est toutes passé par des phases difficiles et il y a de grandes chances que ce passage à vide ne dure pas longtemps (sur le coup ça peut paraître suuuuuper long mais a posteriori on se rend compte que c’était juste une petite mauvaise période à passer).
    Gros bisous!!

    J'aime

    • Merci beaucoup pour ton message plein de bon sens. Ça m’aide beaucoup. Et j’aime bien aussi ta vision des choses. Si tu ne ressentais pas l’envie d’avoir ton bébé collé à toi , tu as bien fait de ne pas aller contre ton ressenti. C’est facile pour moi de le dire pour les autres mais pas facile de l’appliquer pour moi ! ☺
      Oui, c’était une mauvaise période à passer, tu as raison. Et on en connaîtra d’autres !
      Ça va toi ?
      Gros bisous

      Aimé par 1 personne

  13. Je n’ai pas LA réponse à tes interrogations (hélas, ça m’aiderait aussi et ça permettrait de toujours savoir ce qu’il faut faire avec et pour nos tout petits). Cependant, avec mes minis de 15 mois, je crois savoir maintenant que rien n’est acquis, et ce avant un bout de temps. Un bébé qui dort bien une nuit ne le fera pas forcément la suivante, parce qu’il y a les dents, la fièvre, la peur, l’anxiété ou une autre raison qu’on n’appréhende pas nous adultes. Et puis petite costaude est aussi en plein angoisse de séparation, elle aime sa maman plus que tout mais comprend qu’elle n’est pas toi et cela lui fait peur. Je crois qu’il y a des moments difficiles à vivre, des caps à passer, mais que tout évolue chaque jour, parfois en bien et en tellement agréable qu’on en reste follement heureux, et parfois en plus difficile et on traine la langue. Mais il faut garder en tête le meilleur, le beau, le lien immuable et l’avenir précieux qui nous appartient. ❤

    J'aime

    • Merci Nanou pour ta réponse ! Je crois qu’on se pose toutes mille questions et qu’en effet, c’est important de se rappeler que les moments difficiles ne durent pas et que l’on construit une relation tellement forte et passionnante avec notre (nos ☺ ) bébé !
      J’espère que tu vas bien et que ce week end a été moins difficile !
      Bisous

      J'aime

  14. Coucou je peux pas vraiment te donner des conseils et perso je vis de plus en plus au jour le jour mais je te souhaite du courage et de la patience pour passer cette phase difficile mais sûrement normale 😘😘😘

    J'aime

      • Coucou non ne t’inquiète pas TOUT VA BIEN! Le bébé est même au 80e percentile donc il profite bien de ce que mange sa mère même si elle est raisonnable 😉 non j’ai du mal à me projeter sur ces sujets d’éducation et pour l’instant je suis dans la conceptualisation pratique de la chambre du petit (grand dressing suédois pour ranger son bazar… etc) c’est déjà un pas en avant ! BiSous 😘

        J'aime

      • Ouffff !!!! Merci pour ta réponse !
        Il faut y aller étape par étape, c’est normal d’avoir du mal à imaginer la suite et se projeter sur des questions d’éducation. Et puis, ça ne sert à rien de trop intelletualiser, de toute façon, tu t’adapteras à ton bébé ! ☺
        Chouette le dressing suédois. Il a déjà du bazar ton bébé ? 😁
        Plein de bisous 😍😍

        J'aime

      • Pas de bazar (j’ai strictement rien acheté) mais entre les vêtements, les paquets de couche, les boîtes de lait, le matériel de puériculture sans compter les jouets, j’anticipe avec un dressing de 2m de long sur 2m35 de haut! Au moins le reste du mobilier sera minimaliste un lit suédois et une table à langer mais pas suédoise a priori! Bisous

        J'aime

  15. Ca m’a également tout l’air d’être de l’angoisse de séparation, d’autant plus que tu as repris le travail … c’est vraiment pas facile à gérer et je ne saurais trop quoi te conseiller, d’une part car je n’ai pas connu ça (mais bien d’autres choses je te rassure, comme des nuits pourrites 😅), et parce que chaque enfant a des besoins différents et seuls ses parents peuvent y répondre … il faut tenter plusieurs choses, mais surtout garde en tête que les bébés fonctionnent par phases, les crises durent qques semaines et ils passent à autre chose.
    Dernièrement la belette qui n’a jamais rien dit au coucher s’est mise à hurler le soir quand on la posait 😕; on a tenté les bras et les À/R dans son lit endormie, mais elle se réveillait chaque fois et hurlait de plus belle… un soir où j’étais seule (et morte de fatigue), je me suis aussi bien fâchée en lui disant très fermement que « ça suffisait, que j’allais aussi au dodo que je ne voulais plus l’entendre et que je ne reviendrais plus la chercher ! »; je m’en suis voulue … 😥 mais elle n’a plus rien dit, le lendemain j’ai eu des câlins à n’en plus finir et les couchers suivants se sont passés sans pb.
    Bon elles n’ont pas le même âge non plus … en revanche tu peux parler et expliquer à ta puce que tu es épuisée de la porter, que même si tu es loin d’elle, tu penses à elle tout le temps et que tu as hâte de la retrouver, que tu rentreras tjs à la m’adonner sera tjs là etc ….
    Courage, j’espère que cette mauvaise phase va vite se terminer 😘

    J'aime

    • Merci beaucoup Alisore pour cette expérience qui m’a beaucoup déculpabilisee !
      Je crois que la mauvaise passe est terminée… jusqu’à la prochaine bien sûr ! 😉
      En tous cas, ça m’a fait du bien de vous lire !
      Ça va en ce moment ? J’ai vu que tu avais écris un article, je vais le commenter mais je cours après le temps en ce moment (d’autant plus qu’on fait des travaux : on refait la cuisine…)
      J’espère que tes nausées passent un peu. Tu en es où ?
      Plein de bisous 😘😘

      Aimé par 1 personne

      • Contente de lire que ça s’arrange ! Ils fonctionnent vraiment par phases, bonnes comme pourries ! C’est ce qu’il faut se dire sinon on peut avoir très peur en effet que la situation perdure quand ils ne dorment pas bien notamment !
        Ici ça commence à aller mieux, 9sa+5 et j’ai déjà sorti des pantalons de grossesse (alors que pour la 1e pas avant le 5e mois !) mais rien à faire ça rentre plus et le ventre est impressionnant 😳. Je suis moins malade que pour R. et surtout moins qu’avant ma FC, très fatiguée en revanche, je me couche le plus tôt possible et je me rattrape le we avec des siestes de 3h 😅.
        Plein de bisous ma poulette 😘😘

        J'aime

      • Je suis bien contente que ça aille mieux ! Petit gars du coup ? (On dit que les symptômes changent si c’est pas le même sexe… truc à la con mais ça a marché à chaque fois pour ma mère – 5 enfants quand même)
        Tu peux pas cacher ta grossesse du coup j’imagine. Le bidon arrive vite dis donc ! ☺
        Plein de bisous 😘😘

        J'aime

      • Je rentre le ventre au bureau mais depuis qques jours ça devient difficile, on m’avait prévenu que pour le 2e ça se voyait bcp plus vite mais je n’imaginais pas à ce point ! Ah le sexe j’avoue que j’y pense 😅 hâte de savoir même si on n’a absolument aucune préférence 😉😘😘

        J'aime

  16. Bon je passe après la bataille, juste pour t’envoyer des bisous d’encouragement … C’est un passage c’est sûr, et certainement lié à ta reprise du travail … Vous allez trouver votre rythme … Courage ma belle !

    J'aime

  17. Oui ben on repassera pour la bienveillance avec deux gamins de moins de deux ans dont un aventurier 😂 mais on faît de notre mieux, comme toi d’après ce que je lis. Tu fais tout bien, et on a aussi le droit de craquer. Le faît d’avoir tant attendu n’entre pas en compte. Nous sommes humains, pas des machines. Plein de bisous.

    J'aime

  18. Ne culpabilise pas. Déjà on fait comme on peut et parfois pas comme on veut. D’autre part ta fille change. Elle sera mignonne, chiante, provoc, capricieuse, adorable, facile, insupportable. Elle dormira puis ne dormira pas puis redormira. Elle mangera bien puis pas bien puis pas du tout puis remangera. Le caractère se forge, elle changera tout au long de ces 20 prochaines années (je dirais même 80, je suis convaincue qu’on change tous tout au long de notre vie). Tout n’est qu’étape, ça va et ça vient et tu n’y es pour rien. Un être humain change et c’est la faute de personne.

    Aimé par 1 personne

  19. Bon, j’arrive après la bataille une fois de plus et les copinautes ont été pleines de bons conseils il me semble ! Je pense aussi que les craquages sont tout à fait normal, la fatigue aidant (je connais trop bien les nuits hachées…). Ta petite costaude n’est pas en retard dis donc ! Zebulette ne s’assoit pas encore seule à presque 8 mois et se retourne seulement depuis peu…
    Comment s’est passée la reprise lundi ? Grosses bises

    J'aime

  20. Je te lis un peu tard, et tous les messages vont dans le même sens alors je n’ai pas grand chose à ajouter…Mais surtout ne culpabilise pas! Faire les choses au ressenti c’est l’essentiel, ne pas toujours se remettre en question et s’en poser 1000 des questions ça permet parfois d’être un poil plus sereine 😉 (pas toujours facile j’en conviens)
    Tu fais de ton mieux et tu fais très bien je te l’assure! Vous êtes des parents au top c’est une évidence, c’est une période à passer. Plein de courage, des bisous!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s