défi chansons pour se lever du bon pied et départ en Normandie

Avec beaucoup de retard, je participe avec grand plaisir au défi de Julys !

Une chanson pour un réveil en douceur, mais qui donne surtout envie de trainer au lit avec son Amoureux :

Une chanson qui donne le sourire – chanson d’un grand dingue (Boby Lapointe qui fait des chansons aux textes pleins de contrepèteries, calembours) :

Une chanson qui donne la pêche et envie de se lever :

Demain, nous partons en Normandie, nous reviendrons mercredi soir. Nous comptons sur ces quelques jours pour nous permettre de nous ressourcer avant de repartir au combat. Je ne pourrai pas forcément commenter les nouveaux billets, je ne sais pas quelle connexion je trouverai là-bas.

Un grand merci à vous toutes pour votre soutien, vos commentaires qui m’ont fait chaud au coeur et m’ont aidés à y voir plus clair (par rapport à l’imsi ainsi que sur les saignements sous pilule) et qui m’ont apportés plein de conseils (vitamines à prendre par exemple) . Vous êtes formidable, sachez-le, la solidarité, l’entre-aide de la blogo montre à quel point nous, « les infertiles », sommes généreux dans nos rapports humains. Vive la blogopma !

Publicités

Tout nouveau, tout beau ?

Aujourd’hui, c’était ENFIN le rendez-vous avec le Dr Célèbre. Ce matin, nous avons fait le tri dans nos dossiers pma : nous avons un dossier pour les examens et documents récents et un autre dossier pour les choses plus anciennes. Les deux dossiers sont plein à craquer. Avec l’Amoureux, on s’est rappelé de nos début, le jour où nous étions allés ensemble chez ma gynéco et où j’avais pris le résultat de ma prise de sang et de son spermo dans mon sac. Deux examens, ça nous semblait déjà beaucoup. On allait savoir enfin comment faire, en deux mois ça serait réglé, pensait-on à cette époque… Tu parles !

Arrivés à l’hôpital, on a repris nos habitudes : les étiquettes à présenter, les « fiches de circulation » à glisser dans le porte document accroché à la porte du Dr Célèbre, le couloir d’attente sordide… C’est fou comme tout revient vite… Puis nous avons attendu et encore attendu un peu. J’avais l’impression qu’elle était insupportable cette dernière attente, un truc du genre « ça fait 2 mois et demi qu’on attend ce p*tain de rendez-vous après ce non moins p*tain échec de décongélation, alors on est ultra-prioritaire maintenant ! Tout le monde dégage, c’est nous d’abord ! »

Puis, enfin, elle nous a fait entrer. Elle avait tout préparé, le dossier avait été discuté en staff mais elle a pris le temps de nous écouter, de pleurer sur nos deux embryons morts à la décongélation (elle a pas pleuré en vrai, hein, et moi non plus – ouf !). Elle nous a dit que c’était très rare ces échec, peu de chance que ça se reproduise. (mouais, enfin, nous et les stats, on est pas copains-copains…).

On part sur un protocole complètement différent : je passe du agoniste long (synarel, puregon, ovitrelle) à un protocole antagoniste court avec puregon (125 UI), orgalutran et déclenchement à l’ovitrelle ou décapeptyl si jamais il y a un risque d’hyperstimulation. Ce nouveau protocole est apparemment fait pour éviter à tout prix l’hyperstim.

Le truc qui fait peur : si jamais le déclenchement se fait au décapeptyl, on congèle tous les embryons car elle dit que les chances d’implantation sont réduites après ce médicament. Vous voyez venir l’angoisse ? Nan, parce que depuis un certain 2 février, j’ai une confiance très très moyenne en la décongélation embryonnaire. Elle m’a encore assuré que les échecs sont trèèèès rares, m’enfin, mon cerveau a du mal à l’entendre…

Si on le souhaite, les embryons serons poussés à J5 (je l’ai demandé) mais uniquement s’il y en a assez pour ne pas risquer de tout perdre. On pourra en transférer deux (j’ai dit oui, deux, mille fois oui…)

L’imsi n’est pas envisager pour le moment, il parait que pour nous ce ne serait pas forcément une meilleure solution que l’icsi. Je n’ai pas bien compris pourquoi vu que le problème est spermatique mais bon… A l’occasion, je passerai au labo, ils sont très ouverts à la discussion et peut être que je pourrai les convaincre pour l’imsi…. On verra.

.

Et nous commencerions la stim’ le 14 mai pour une ponction la dernière semaine de mai. A prendre au conditionnel et avec des pincettes, je me méfie beaucoup des plannings… Parce que j’ai déjà été trèèès déçue de devoir tout décaler et aussi parce que la consultation ne s’est pas arrêté là…

En effet, depuis le 11 avril, je prends la pilule (minidril) pour programmer correctement cette fiv. Et ça fait trois jours que j’ai des pertes de sang. Je ne me souviens pas d’avoir déjà perdu du sang sous pilule alors je lui en ai parlé. Elle a fait des yeux tous ronds et m’a dit : « ça, s’est pas banal ! Pas d’oubli, de décalage dans l’heure de prise ? ». Mes réponses étant non et non, j’ai eu le droit à une petite ordonnance pour un contrôle échographique en fin de prise de pilule si les pertes de sang continuent. Parce qu’elle veut vérifier que…. que…. il n’y a pas de kyste !! Hahaha ! La blague du kyste, ça faisait longtemps sur la blogo, non ? Pff, il y avait deux mouvements à la mode en ce moment : le kyste ou le test de grossesse positif. Et évidemment, cet idiot de corps a choisi la première… Espérons qu’il se ravise et que ce soit juste pour avoir l’impression d’avoir fait comme les copines !

.

Sus au kyste !

Suite à l’article et le diapo génial de Chapi Chapo , je vous propose de poster nous aussi un message de soutien pour nos canards qui sont bien dans la peine 😦

Alors, pour leur rebooster un peu le moral ou pour tenter de les faire sourire, je propose qu’on poste 3 vidéos (extrait de film drôle, vidéos qu’on aime, tout ce que vous pouvez imaginer !).

Je me lance !

En premier, une vidéo marrante d’un cochon qui VEUT manger des cookies (au moins autant que nous on VEUT un enfant !)

Ensuite, un extrait de la cité de la peur , film culte (de niveau intellectuel pas très élevé mais que je trouve très drôle)

Et enfin, un extrait du diner de con, passage qui me fait toujours rire :

Ironie

Tout d’abord, je voudrai adresser mon soutien le plus total à tous ceux qui vivent des moments intenses (dans la tristesse, dans l’attente ou dans l’angoisse). En effet, ces derniers temps, la blogo-pma a été inondé d’annonces : des débuts de vie dont on se réjouit mais qui amènent leur lot de stress et d’angoisses, des nouvelles tentatives avec les montagnes russes d’émotion que nous connaissons toutes (mais avec une boite de 6 au congel’ pour PrincessePi, boreal ! 6 !!!), des futures tentatives stressantes (Julys, je t’envoie plein de courage pour ce grand voyage…) et des nouvelles sombres comme le kyste de Mme Icsi (je pense à vous très fort les Icsis, soyez forts tous les deux)

Je n’ai malheureusement pas pu être très présente ces derniers temps, j’ai travaillé énormément, plein de réunions, de copies, de nouvelles activités à préparer et le jardin à faire aussi (c’était Verdun dans le jardin !). J’ai dû bosser en moyenne 12 h par jour pendant les deux dernières semaines, je suis épuisée. J’avais la sensation de ne rien pouvoir faire correctement, cette sensation désagréable que le temps file entre mes doigts et que je cours sans cesse sans réussir à le rattraper.

Heureusement finalement que je n’étais pas en cours de traitement, je ne sais pas comment j’aurai fait pour glisser ça en plus dans mon agenda. La pause pma m’a aussi permis de penser, de faire le point sur ma vie (enfin, avant ces deux dernière semaines). Moralement, j’ai bien morflé ces derniers temps. Des angoisses et surtout beaucoup de regrets, de tristesse. Mais je pense que c’est nécessaire. Il le faut, j’en ai besoin pour ensuite passer à autre chose. Heureusement, les vacances commencent et je sens qu’elles vont nous faire beaucoup de bien.

Nous avons d’ailleurs prévu de nous reposer pendant ces vacances et aussi de faire quelques balades, on aime bien partir en excursion tous les deux. Nous allons essayer de prévoir quelques jours en Normandie, ça nous fera le plus grand bien !

Et puis, il y aura aussi, le fameux rendez-vous avec le Dr Célèbre qui signera le début de la fiv 2. J1 est arrivé il y a tout juste une semaine et en prévision, j’avais appelé la sage-femme de pma pour avoir une prescription de pilule. Pas que je tienne absolument à la prendre (que c’est ironique de prendre la pilule dans nos situations !) mais j’avais le souvenir de la fiv1 où j’ai dû décaler tous mes rendez-vous d’une semaine et sniffer sept jours de plus le synarel parce que mes règles ne s’étaient pas pointées au bon moment… Je suis donc sous pilule depuis le début de ce cycle histoire de caler les choses plus facilement. Le blocage commencera sûrement peu après le rendez-vous et la fiv suivra sur le prochain cycle je pense.

D’ailleurs, en parlant d’ironie, en me donnant ma plaquette de pilule, la pharmacienne (ce n’est pas ma pharmacie habituelle) m’a conseillé de bien respecter l’heure de prise : une de ses clientes est « tombée » enceinte à la suite d’un décalage de quelques heures. Alors, elle m’a dit de me méfier : »ça arrive plus vite qu’on ne le pense. » C’est sûr. Elle voulait continuer sa petite histoire mais je l’ai coupée : « ne m’en dites pas plus, vous allez me faire peur ! » Et je me suis enfuis vite vite pour ne pas pleurer devant elle. Bon, après coup, ça m’a fait rire (jaune, mais rire quand même), si c’est pas une belle situation ironique, ça ! J’ai pensé à d’autres ironies du sort, notamment au fait que je suis née à cause (grâce ?) à un accident de contraception. J’ai des parents hyperfertiles… C’est délicieusement ironique, même un peu trop ironique, n’est-ce pas ?

Je prends les choses plus sereinement côté pma (j’ai peur que ça me porte la poisse de dire ça…) Je ne veux pas faire de plan sur la comète, on verra bien. Je ne sais pas si j’y crois ou pas, ce que je sais c’est que pour une fois j’ai envie de me laisser porter. Je ne veux plus planifier et penser à la place des médecins car cela m’épuise. Nerveusement et moralement, je n’en ai pas la force et je me dis que c’est mieux ainsi. Je leur remets mes ovaires (je garde le reste, faut pas déconner !) et à eux de faire le boulot.

En espérant qu’ils le fassent bien !