Il n’y aura pas…

Samedi, demain, il n’y aura pas de transfert. J2 n’a pas tenu. Il est caput, à la poubelle.

Demain, il n’y aura pas de réveil avant l’aube avec l’immense espoir de bientôt retrouver notre embryon.

Il n’y aura pas la suite de la journée à Paris, à parler de l’avenir qu’on imagine, les espoirs qu’on fonde dans ce minuscule bout de vie.

Ce week-end, il n’y aura pas de cocooning en pensant fort à cet espoir tout petit.

Il y aura l’attente, encore, d’un possible transfert lundi de notre dernier espoir pour cette fiv. Il paraît que les J2 résistent mieux que les J5 à la décongélation. Alors, comme notre J2 n’a pas tenu, j’ai du mal à espérer beaucoup de notre J5. Nous avons besoin de nous préserver, l’Amoureux pourtant toujours optimiste, m’a dit qu’il n’y croyait pas. Qu’il préfère ne pas y croire.

J’ai comme la sensation que cette fiv sera vite pliée, finalement il n’y aura au mieux qu’un tec, peut être pas. J’avais, après la fiv, perdu l’espoir et je pensais aller au tec sans y croire. Je ne sais au fond quel espoir j’avais avant cet appel mais j’ai l’impression que je viens de me prendre une deuxième baffe. J’ai aussi la sensation d’être toujours du mauvais côté des statistiques : on est toujours dans les 80% (ou plus) de looseurs ; là le risque que ça foire n’était que de 10% et bim ! on est encore du mauvais côté. Avec l’Amoureux, on va essayer de ne pas trop cogiter ce week-end, mais nous avons tous les deux le moral bien dans les chaussettes.

Ambivalence des sentiments

téléchargement

Je voudrai partir très très loin, toute seule            Vs

     J’ai envie d’être entourée par toutes les personnes que j’aime

J’aimerai ne rien savoir, juste me laisser porter             Vs

        Je veux tout connaître pour tout maitriser

Je voudrai que nos embryons restent sur la banquise, là au moins ils existent.    Vs

           J’ai hâte de couver un embryon

J’ai envie de ne plus penser à tout ça          Vs

            Je ne vis que pour la pma

J’ai envie de partir en vacances           Vs

            Ma vie est planifiée en fonction des traitements

J’en suis là. Je suis les deux à la fois mais aujourd’hui, je suis plutôt celle qui traîne des pieds. J’ai même oublié plein de fois l’acide folique ces derniers temps !  Je n’ai pas appelé le labo, peut être demain. Je n’ai pas envie. Mais je sais aussi que l’espoir, l’envie, l’entrain reviendront. Je sais que cette baisse de régime, c’est surtout de la peur.

Allez, haut les coeurs ! Et un grand merci à vous toutes de m’avoir soutenu et aidé à y voir plus clair hier !

Samedi (tout réussi, non ?), besoin d’avis.

Ce matin, c’était contrôle. Prise de sang au centre pma puis écho dans un petit cabinet pas loin. On a nos habitudes, on prend le café à la cafet’ de l’hôpital, on se balade main dans la main. Ca a du bon ces contrôles, j’aime me lever de très bonne heure avec l’Amoureux et partager les premiers instants de notre journée, instants dont nous profitons que très rarement.

A l’écho, un follicule à 20 mm et un endomètre triple feuillet à 7,3 mm. L’épaisseur de l’endomètre m’a semblé un peu faible mais le gynéco le trouvait beau et je n’ai jamais eu un endomètre très épais. Dr Célèbre ne s’en est jamais inquiété.

Je viens d’avoir le centre pma au téléphone, je fais la piqûre de déclenchement ce soir et le transfert se fera samedi. J’ai tout de suite tiqué : un j2 samedi ? Je serai à J3 ! L’homme que j’avais au téléphone (un nouveau, il aide la sage-femme qui est débordée) m’a dit que c’était bien ça, on attend J3. Ils (qui ?) ont parlé de « mon cas » et ont décidé de faire le transfert à J3. Je n’en sais pas plus malgré toutes les questions que j’ai posé. J’imagine qu’il vont décongeler notre embryon à J2 puis le transférer à J3. Mais pourquoi cette stratégie ? Est-ce lié à mon endomètre pas assez épais ? J’ai décidé de rappeler demain pour demander des précision sur le transfert. J’espère que je pourrais obtenir des réponses.

Vous en pensez quoi vous ?

Bientôt…

Aujourd’hui, j’avais rendez-vous avec Dr Célèbre, ma gynéco du centre pma.

Le début a été un peu tendu, nous sommes arrivés avec les examens qu’elle avait demandé (écho et pds à J3 + sérologies pour nous 2). Elle prend les sérologies, marque un temps d’arrêt et nous demande pourquoi j’ai fait une écho à J3… Je lui ai expliqué que le sage-femme m’avait demandé d’en faire une selon les instructions qu’ELLE avait donné. L’Amoureux a explosé, il a expliqué qu’on a « perdu » une demi-journée pour faire cette écho et que maintenant elle semble dire que ça sert à rien. Il lui a balancé tout ce qu’il avait sur le coeur : l’hypestim pendant laquelle l’hôpital où je suis allée n’a jamais réussi à les joindre, le soir où il a appelé parce que j’étais mal mais où personne n’avait répondu réellement à ses demandes (en gros, que doit-on faire), le sentiment d’avoir été abandonnés alors qu’on avait besoin d’aide. Elle ne se souvenait plus de l’hyperstim’ … C’est dire ! Elle a alors tout repris, s’est excusé au nom du service, il y a eu des dysfonctionnements et j’aurai dû être hospitalisée dans leurs services. J’ai eu une infection d’origine inconnue en plus de l’hyperstim. Elle a regretté que tout cela nous soit tombé dessus. Ca nous a fait du bien, beaucoup de bien même si ça n’efface pas la période difficile que nous avons vécu.

Finalement, elle ne pense pas que je sois opk. Elle m’a dit que j’avais des ovaires multi-folliculaires mais la pds est bonne et les follicules ne ressemblent pas à ceux des opk. Je lui fais confiance (ai-je vraiment le choix ?).

Ensuite, nous avons parlé du (des ?) transfert(s). A ma grande surprise, on rempile sur ce cycle. On transférera le J2 qu’il nous reste et si il y a un problème de décongélation, on pourra décongeler le J5. (put*in, j’ai l’impression de parler de steak…)

Stimulation toute légère : 33 UI de puregon vendredi, samedi et dimanche, contrôle lundi (à J12) et sûrement déclenchement dans la foulée. Voilà, c’est lancé. Il ne reste plus qu’à attendre…

Toi aussi, viens rire avec DN

J’ai cru que le rire était mort à la suite des attentats. Mais je te rassure, de mon côté, j’ai une sacré complice – DN – qui lui fait du bouche à bouche.

Aujourd’hui, je devais faire une pds et une échographie (à J3, suite à l’échec de la fiv et de l’hyperstim, il s’agissait de vérifier que tout allait bien là dedans pour tenter bientôt un tec). Je me rends donc chez mon échographiste préférée (elle est vraiment top) et c’est parti pour un tour d’endochattage ! Et devinez quoi….

Nan, je ne suis pas enceinte, hein, ça m’aurait bien plus mais nan… C’est beaucoup plus fun : elle m’a trouvé des ovaires micro polykystiques !!! Tadam ! Vous ne voyez sûrement pas ce qui est drôle, je vais vous aider : il y a un an, quand on avait fait cette même écho et pds (juste avant ma première iac), tout était normal. Tout à toujours été parfaitement normal de mon côté.

Et là, après la fiv, nouveauté : ompk ! Je ne suis que joie et bonheur… A la place d’un problème de sperme, on se retrouve avec deux problèmes. J’ai comme l’impression que plus on avance, plus on découvre de m*rde… Mais quand cela s’arrêtera ?

Les filles opk, pourriez-vous me dire ce qui change dans les stim’ ? (des doses moins fortes, non ?)

Et la qualité d’ovocyte est-elle toujours moins bonne ? Quelqu’un pour me rassurer ? (j’en ai un peu besoin). Je vois ma gynéco jeudi prochain, si vous avez des suggestions pour ce rendez-vous, n’hésitez pas !

Marche citoyenne en soutien à toutes les victimes de ces jours effroyables

Cette après midi, nous serons à la marche citoyenne. J’espère et je crois que nous serons très nombreux.

Je me rends compte que nous avons beaucoup parlé du drame qui s’est déroulé dans les locaux de Charlie hebdo mais peu de ce qui s’est passé après : la prise d’otage à l’hyper Cacher – un acte antisémite effroyable – ou des innocents sont tombés, juste pour avoir été là dans cet hyper au mauvais moment.

Cet après midi, je penserai à toutes les victimes de ces jours-ci. A ceux de Charlie tout autant que ceux de cet hyper. Je suis touchée et tellement triste pour ces massacres.

Ce qui fait très peur, c’est la suite : allons-nous être divisés après ces événements ? Car ce que nous voyons, c’est une immense solidarité mais en parallèle, malheureusement, on lit ci et là (je refuse de mettre des liens !) des propos effrayants. Au collège jeudi, jour du deuil national, j’ai aussi entendu des refus de faire la minutes de silence, des : « c’est bien fait pour eux, il n’avait qu’à pas dessiné le prophète ». Face à ces ados, j’ai défendu notre liberté, j’ai expliqué la laïcité, j’ai expliqué que ce mouvement n’est pas un mouvement contre les musulmans, j’ai dit que la France c’était nous tous avec nos différences qui font notre force. Mais je n’ai souvent pas été entendu. Et j’ai peur, de ces citoyens de demain, de la haine qui surgit de leur propos, de leur incompréhension de la liberté que l’on défend. De leur incompréhension de ce que veut dire de la liberté de culte et la liberté d’expression, cette immense liberté qui fait qu’on peut penser ce qu’on veut, on est libre de croire en ce qu’on veut ou ne rien croire du tout, et on peut l’acclamer ainsi qu’on peut dire en général ce qu’on pense, même si ce n’est pas politiquement correct.

J’aimerai tant que nous soyons unis, que la France se réveille et comprenne enfin qu’il ne faut pas être divisé. Notre force est là, dans notre unité face à ces terroristes qui comptent sur la bêtise, la peur et l’ignorance pour nous faire taire, pour nous soumettre à leur folie. Soyons ensemble pour leur dire que nous ne nous laisserons jamais faire.

Une pensée à vous tous, merci aux blogocop d’avoir tant réagi. Ici, la solidarité est n’est pas un vain mot et va au delà de nos propres problèmes. Et ça fait chaud au coeur.

EDIT : Photos de cet après midi :

image1 Une paire de ses mains est la mienne ! 🙂

20150111_163344Autour de nous, place de la Nation.

Zapette, notre dessinatrice de la bolgosphère

Mercredi, je rentrais chez moi accablée par les informations. La tristesse que j’ai ressentie, je la ressens toujours. Avec L’Amoureux, nous lisions souvent Charlie Hebdo et j’ai également vu mes parents le lire bien avant moi. Charlie Hebdo, c’était un peu une partie de l’histoire familiale finalement. Mercredi, donc, au milieu de tous ces sentiments qui nous ont submergés, alors même que jamais de la journée nous n’avons éteint la radio, j’ai découvert dans ma boîte au lettres une enveloppe très particulière. Dès que je l’ai vu, j’ai su de qui elle provenait. Et au milieu de la tristesse, j’ai pensé à la dessinatrice, notre dessinatrice de la blogo qui me l’avais envoyé.

Elle est arrivée un jour très particuliers, cette carte. Un peu comme un message venu nous dire qu’il y a encore des dessinateurs de talents et engagés autour de nous, des gens formidables pour reprendre le flambeau. Ils ne remplaceront pas ceux qui sont partis pour toujours mais ils continueront à porter le vent de liberté qui les animaient.

Notre Zapette, c’est notre dessinatrice de la blogo. Elle aussi manie son crayon avec talent et ses dessins sont plein d’humour. Ici aussi, dans notre petite communauté, on a choisi de rire de ce qui nous rend triste, de se moquer gentiment des traitements et examens que l’on subit. Parce qu’en rire rend plus supportable nos épreuves.

Merci Zapette de mettre en dessin tous ces moments que tu as vécu et que nous vivons toutes, avec des dessins parfois drôles, d’autres fois émouvants.

Continuons à rire de tout, rire même de ce qui nous fait mal parce que nous en avons besoin, parce que le rire, c’est la vie.

20150107_183109(c’est ainsi que Zapette a fait l’enveloppe ! 🙂 une vraie artiste, notre zapette)

20150107_183229La carte que vous connaissez, avec des mots tous doux au dos. Un grand merci Zapette !)

Le jour où le rire est mort

téléchargement

Aujourd’hui, des barbares ont tirés avec des armes lourdes sur l’Arme absolue : l’humour.

Ne laissons pas ces gens gagner la bataille, revendiquons la liberté de la presse et le droit à rire de tout.

Ca me rappelle ce que nous faisons ici, sur un sujet tout autre mais qui est important pour nous. Ne lâchons rien, continuons à rire – surtout à rire des choses graves.

Là, aujourd’hui ce n’est pas possible mais n’oublions pas que ces journalistes et dessinateurs qui sont morts avait avant tout la volonté de faire rire.

Première merveilleuse nouvelle de 2015…

Aujourd’hui, j’étais toute à ma préparation de cours pour la rentrée (demain donc, je suis très en retard), un peu stressée de ne pas finir tout ce que je voulais faire à temps. Et puis, j’ai eu des nouvelles d’un couple de connaissance (on ne peut vraiment pas dire amis là) mais dont la présence m’est souvent imposée. Bref, ce sont des personnes qui ont eu une influence très négative sur moi par le passé et qui m’ont réellement fait souffrir. Je ne rentre pas trop dans les détails – ce n’est pas très intéressant.

Aujourd’hui, donc, j’ai des nouvelles de ce fameux couple… Vous devinez je suis sûre ! Elle est enceinte bien sûr. J’ai été odieuse. Avec l’Amoureux, on s’est lâchés (entre nous) et on a dit des choses ignobles que je ne souhaite à personne (même pas à eux). Mais je suis atteinte en plein coeur. Et je sais que je vais avoir des nouvelles pendant la grossesse puis quand le bébé sera né. Et que peut être que nous d’ici là, on aura pas avancé d’un pouce… Parfois, on a envie de hurler contre l’injustice qui fait que nous on galère tant et tant alors que d’autres se couchent guillerets dans leur lit douillet, passent un bon moment en amoureux et bim, ! 15 jours après apprennent avec bonheur LA nouvelle. P^tain !

Moi qui pensait commencer à me remettre de l’échec et qui me disait que cette fois-ci, je vais un peu lâcher prise. Y’a pas que la pma dans la vie ! Non, j’ai d’autres projets ! A commencer par la boutique des idées fertiles et puis les associations culturelles vraiment sympa de mon village dans lesquelles je me suis engagée et où j’ai été très absentes ces derniers temps pour cause de traitement, fatigue et déprime. J’étais donc bien décidée à ne pas me laisser submergée par la pma en ce début d’année, par me permettre même de prendre un peu le large dans ma tête. J’avais même envisagé de repousser le tec pour pouvoir partir en vacances (mais on n’a pas beaucoup de temps « à perdre », malheureusement !). Et puis, hop ! une petite annonce bien sympa et dans ma tête, ça ressemble à ça :

ma-vie-est-un-sac-de-noeuds

EDIT : je relis et me trouve particulièrement aigrie. Je précise donc que je déteste avoir ce genre de sentiments et que d’une manière général, je déteste dire du mal des autres. On ne connait pas leur vie, on ne juge pas. Mais là, c’est plus fort que moi. Mais ça me passera. Je ne suis pas méchante pour de vrai, juste maintenant, sur le moment. C’était juste pour rétablir un peu d’authenticité, il me semble assez noir ce post.